Posts Tagged ‘Tim Duncan’

Playoffs NBA : Au revoir Spurs!

27 avril 2011

Le leader de l’Ouest peut se faire sortir de la course, dès ce soir. La faute à des Grizzlies qui pètent le feu. La faute à l’âge aussi…

Simplement moins forts. Le pire dans les trois défaites des Spurs semble vraiment être la qualité de jeu bien supérieure démontrée par les joueurs de Memphis. Il ne s’agit pas seulement de match-ups défavorables pour les Texans. Non, les soldats de Lionel Hollins développent un super basket, agressif, rapide, collectif…Les Spurs en jeune quoi ! Et Rudy Gay est toujours blessé. Chapeau-bas pour Memphis !

Usés. Ça fait un moment que tout le monde le dit et cette année – enfin ! – les Spurs ne font plus mentir personne : ils sont vieux. Pas expérimentés, ni ultra-rodés. Non, juste vieux et usés par de trop nombreuses joutes. Tim Duncan n’arrive pas à contrôler Zach Randolph, TP a bien du mal à tenir sur la longueur face à l’énergie de Mike Conley et si Ginobili s’en sort mieux, l’Argentin ne fait plus les mêmes différences qu’avant. Un Big Three qui boîte, la fin d’une très belle histoire dans le Texas ?

Surprise ! Il faut rendre à Charles ce qui lui appartient. Barkley – entre de multiples conneries – avait vu juste, annonçant la sortie de route des éperons dès le 1er tour. Le manque de taille venait appuyer sa démonstration. N’empêche, très peu le suivaient sur cette grosse cote. Forcément, les Spurs ont proposé un jeu plaisant toute la saison. Surtout, ils ont trusté la 1ère place du début à la fin de la saison avec une seule (très) mauvaise série en fin d’exercice. Beaucoup – moi le 1er – n’y voyaient qu’une mise au repos pour bien préparer la post-season. Beaucoup se sont trompés.

Mauvaise gestion. Alors que Poppovich devrait être cité dans toutes les écoles de management pour sa gestion au doigté, il s’est fait avoir sur le coup ! Memphis a délibérément sabré ses deux derniers matchs de saison pour « éviter les Lakers » selon le coach. Ou pour jouer les Spurs, c’est selon. La preuve que sur la terre d’Elvis, un mauvais coup se préparait. Les Texans sont tombés en plein dedans, incapables de faire valoir leur statut, leur expérience ou encore l’avantage du terrain. Même Pop’ peut recevoir une leçon !

C’est pour ce soir ? San Antonio est dominé, personne ne peut le contester. Mais les Texans peuvent-ils sombrer à domicile ? Eux, si forts cette saison dans leur antre (36-5, meilleur bilan ex-æquo avec les Bulls) pourraient subir la pire humiliation qui soit devant leur public. Pour cela, il faut croire en l’orgueil de ces champions. Il faut espérer un regain de forme inespéré, une adresse encore jamais vue dans la série, une intensité de 48 minutes et un Tim Duncan plus incisif. Il faudra au moins tous ces ingrédients et un public de folie. Une grande équipe est en passe de mourir mais gare à la bête blessée ! Les Spurs doivent retourner à Memphis et faire ce qu’ils font depuis toujours : vendre chèrement leur peau.

 


Le grand ménage ? En symétrie à l’avènement des Grizzlies, le démantèlement de la machine Spurs devrait être tout aussi impressionnant. Pas le genre de la maison de se faire sortir comme un mal-propre malgré un statut de favori. Surtout que cette saison, le staff ne peut plus se cacher et va devoir passer un bon coup de jeune sur son effectif !  Richard Jefferson rejoue comme l’an dernier, MCDyess et Duncan n’ont plus le niveau de titulaires et El Manu a besoin d’un bon back-up toute la saison. Tout ça, sur fond de lock-out. Le ménage est nécessaire mais quelle forme prendra-t-il ?

Publicités

Matt, le bonheur!

15 novembre 2010

Plus fou que les Suns, plus fort que Kobe, le sniper, c’est Matt Bonner! Pour être fairplay, il sort du bois une fois par an alors mieux vaut ne pas rater ça. Le Thunder a mangé sévère et Tim Duncan n’y est (presque) pour rien.

Anne Sinclair. Les nostalgiques des dimanches soirs politiques de la Une, ont rapidement fait le rapprochement. 7/7 ou la dédicace du rouquin à l’ex-star de la pré-soirée, icône quasi-nationale devenue femme cocufiée médiatiquement. Bref, le grand arbre de Matt Bonner a fait les choses bien puisqu’on était dimanche. Si ça n’est pas un message subliminal contre Harry Roselmack…

Recule-toi. Il est des soirées comme ça. Tous les joueurs adorent raconter qu’ils voyaient le cercle « s’élargir comme les fesses de Charles Barkley au fil de sa carrière! » C’était un peu ça, hier soir, pour le texan le moins sexy du groupe – et il faut le faire – qui balançait le cuir dans l’arceau comme un caillou dans l’océan. Seul hic, Bonner termine la rencontre à 0/3 à deux points.

Tim Duncan, le bien heureux. Tim Duncan sait combien ses cannes sont primordiales pour son équipe et Pop’ ne rate jamais une occasion de reposer son hall-of-famer quand il le peut. Hier, dans l’antre du Thunder, l’ancien espion ne s’attendait sûrement pas à envoyer Duncan se faire masser si tôt dans la rencontre. Mais Matt tenait la baraque et Duncan finit comme un bien heureux ayant passé son dimanche à mater un bon match. 23 minutes, 6 points et 4 rebonds pour le double-MVP. La victoire des Spurs paraît encore plus significative.

Un Thunder constructeur. Quand Matt le robot enfile sept tris primés sur sept tentatives, on peut se dire que tout le monde en est capable. Ben pas franchement vu le Thunder qui, hier soir, a construit un nouveau quartier immobilier à Oklahoma, à coups de briques. L’ensemble du roster n’en rentre que quatre sur treize essais.

Ca se confirme. Avec neuf matchs joués chacun, les premières tendances se dessinent déjà. Il n’y a pas vraiment de doutes sur ce point. Les Spurs font un début quasi-parfait (8-1) et se placent déjà, avec Denver, comme les principaux soucis de Phil Jackson. Le Thunder, à 5-4, en mène moins large. Meilleur scorer NBA, Kevin Durant shoote trop et les intérieurs restent un point faible inquiétant pour la suite.

Des blocs, des briques et des brèves!

Phoenix plante 22 tirs primés, 7 pour le seul Richardson et les Lakers lâchent leur première rencontre à domicile…Kobe rate le triple-double d’un rebond…Seulement 15 passes pour les Knicks qui peinent vraiment à jouer juste… En face, Martin postule pour le titre de meilleur marqueur avec encore 28 pions…C’est officiel, Minnesota propose le jeu le plus laid de la Ligue, laissant Kevin Love cumuler les chiffres avec encore 17 rebonds d’attrapés…Du mieux à Detroit? Possible, une marque répartie, une défense correcte et une 4e victoire en 5 matchs…

Et pour demain?

Il y a du lourd de prévu sur la cote Ouest. Denver et Phoenix se disputeront un gros test entre les deux derniers finalistes de conférence tandis que le Thunder voudra se reprendre face à l’équipe en forme du moment: Utah. Mais l’affiche de la soirée opposera la seule formation encore invaincue, New-Orleans, qui se déplace chez les Mavs. Un duel de générations entre Paul et Kidd, un autre de style entre West et Nowitzki, et un concours de gâchettes mettant aux prises Jason Terry et Marco Bellinelli. Invaincu depuis trois matchs, Dallas se verrait bien faire craquer la meilleure défense du championnat.

Gazette NBA: Les Spurs se vengent

4 novembre 2010

Les realtions entre Suns et Spurs ont toujours été mêlées de respect mais aussi d’une rivalité transpirant à chaque coin du parquet. Quand les Texans régnaient sur l’Ouest, Steve Nash&co représentaient les valeureuses victimes expiatoires lors de séries épiques. Sauf l’an dernier où ce sont les joueurs de l’Arizona qui ont donné la leçon. Un sweep et les Spurs étaient relégués en maison de retraite. Il semblerait que le vent à déjà bien tourné, cette année.

Tim Duncan s’amuse. Le double-MVP n’est plus tout jeune, reste un habitué des débuts de saison au ralenti et…s’en bat la couette de tout ce qu’on peut dire sur lui. Usé, fatigué? Tim Duncan, c’est surtout le meilleur power ou presque. Face aux intérieurs de Phoenix, « Dream Tim » a donné la leçon comme s’il avait 20 ans. Un match de fou avec 17 rebonds, 3 contres et surtout 25 points à 11/13 aux tirs. En cumulé, les deux starter des Suns – Turkoglu et Lopez – cumulent 10 points (3/13) et 5 rebonds.

Richard Jefferson se retrouve! Le pari risqué de Poppovic de prolonger l’ancien Net alors qu’il n’avait pas du tout mérité son gros salaire est en passe de devenir l’un des coups de l’été. Jefferson se trouve enfin dans le système huilé des Spurs et son adresse y fait merveille. En plantant quatre tirs primés lors du seul dernier quart, l’ailier se montre clutch et termine avec une très jolie copie de 28 points et 4 rebonds. Sur les quatre premières rencontres de la saison, Jefferson tourne ainsi à 17,3 points à 64%.

Des leaders en ordre. C’est quand même la très bonne nouvelle de ce début de saison à San Antonio. Tout le monde va bien. Tim Duncan est éternel – mais ça, on le savait déjà! – mais il est accompagné par tous ses lieutenants. El Manu, Parker et Jefferson ont tous dépassé les 30 minutes de jeu et McDyess complètent parfaitement les sautes de concentration de Dejuan Blair. Les vieux sont là et en forme. Pourvu que ça dure…

Encore un bon choix de draft. Spécialité maison, les Spurs ne se sont pas plantés sur leur rookie. James Anderson, malgré un temps de jeu limité derrière Ginobili, se montre très rentable. Pour l’heure, l’ancien d’Oklahoma State tourne à 7,7 points en 19 minutes avec un joli 50% longue-distance. Le fils caché de Bruce Bowen?

Conclusion…San Antonio envoie un message. Comme d’hab, la lutte sera âpre pour les huit de l’Ouest tant les écarts paraissent minces. En s’imposant à Phoenix pour la première fois depuis 2009, les Spurs ont montré qu’ils seraient bien plus dans la bataille que l’an passé. Ils ont tenu lors d’un match très offensif, Tim Duncan a laminé les intérieurs adverses, Jefferson montre enfin ses qualités et Steve Nash a semblé orphelin de Stoudemire. Pas loin d’être l’exact opposé de l’an dernier.

Des briques, des blocs et des brèves!

Paul Pierce dépasse les 20 000 points sous le jersey des C’s. Il n’est que le troisième joueur à y parvenir après John Havliceck et Larry Bird et Boston s’impose face aux Bucks…Kobe nous fait son triple-double avec 12 passes, 10 rebonds et 30 points. Le Black Mamba n’a visiblement plus mal au doigt et adore jouer les Kings, une vieille habitude…Dorell Wright se place pour le MIP, Golden State démarre bien et Wright s’est encore illustré face à Memphis avec 25 unités et 6 rebonds. Ca devient une habitude…Dwight Howard a écrasé les Wolves, le monstar finit la partie avec huit contres…Atlanta reste invaincuen confirmant la série de défaites des Pistons…Boris Diaw enfin performant! Après des débuts très timides, l’ancien palois sort enfin du bois avec 24 points, 3 passes et 3 rebonds et comme par hasard, les Bobcats remportent leur premier succès de la saison.

Et pour demain?

A suivre le choc des jeunes et ambitieux! Portland reçoit le Thunder d’Oklahoma pour un duel Roy-Durant qui devrait envoyer du bois! Surtout, le MVP du dernier Mondial reste sur une partie plus que manquée face aux Clippers, avec un piteux 6/24 aux shoots et 6 balles perdues, la défaite en prime. Avec un bilan équilibré, la réaction de Durant sera déjà très regardée, Batum a intérêt à être prêt!