Le vent a-t-il tourné ?


Plus de 60 piges que ça dure, les Clippers se sont toujours fait botter les fesses par leurs plus proches rivaux. Mais Griffin est arrivé, puis Chris Paul. Et Kobe vieillit…

Let’s play high !! En haut !!! Voilà pour le plan de jeu. CP3 est le meilleur passeur de la NBA depuis qu’il est arrivé. Surtout, personne ne tient son premier pas et l’ex de Wake-Forest lit le pick’n’roll comme personne. A ses côtés, Butler et surtout le tandem Griffin-Jordan. Les arceaux vont prendre très cher.

Tonton flingueur. Arrivée bien moins suivie et pourtant prépondérante chez les Clipp’s : Chauncey Billups. Ou le mec capable de scorer beaucoup en peu de temps, de défendre sévèrement et incapable de craquer dans les moments chauds. Bref, tonton Billups, c’est le joueur qui a toujours manqué à cette franchise. En plus, il ne va pas se fatiguer à mener le jeu.

Showtime. La philosophie ancestrale des Lakers est clairement à aller chercher du côté des Clippers cette année ! Griffin et Jordan pour la finition, CP3 à la baguette. Ajoutez Caron Butler, Ryan Gomes et Randy Foye et les Top10 devraient être largement alimentés par les hommes de Viny Del Negro.

Meta cagoule. Ron Artest a disparu pour Meta World Peace. En même temps, il a perdu son statut de titulaire. Le boulet de l’an dernier a commencé la pré-saison comme il avait terminé les playoffs : avec des briques. Joueur surcoté par excellence, Meta représente pourtant l’atout principal du banc des Lakers. Dur.

Lamar largué. Bon d’accord, c’était bien vu le trade pour choper Chris Paul. Mais se retrouver sans meneur et perdre l’un de ses piliers sans contrepartie, c’est juste le pire scénario possible pour les Lakers. Si le banc est aujourd’hui famélique, c’est à cause du départ d’Odom. Un 3-4-5 irremplaçable qui laisse un trou béant dans la rotation Laker.

 Kobe or not Kobe ? Qu’on le veuille ou non, c’est Kobe qui tient les clés de la réussite de la prochaine saison. Bien échaudé par l’absence de soutien lors des derniers playoffs, le Mamba a vu son pote Odom se barrer à Dallas, Chris Paul filer à l’ennemi. Quel sera l’état d’esprit de la star ? En mode leader conquérant ou en artiste solitaire ? Si Bryant parvient à stimuler ses troupes, à recréer l’alchimie passée dans les vestiaires et à retrouver cette certitude que les Lakers l’emportent toujours à la fin, l’histoire ne s’arrêtera pas là. Mais s’il y a des turbulences rapides, Kobe va scorer, remporter quelques matchs à lui-seul et les Lakers n’iront pas loin en mai.

Un Pau en fleurs. Gasol s’est construit une belle réputation. C’est vrai, il joue propre, score avec adresse et possède une vision du jeu au-dessus de la moyenne pour un pivot. Mais s’est-il défendre ? A savoir, défendre dur ? Invisible face à Dallas l’an passé, il s’est déjà fait marcher dessus par DeAndre Jordan, en pré-saison. A l’Ouest, les power-forward sont légion : Randolph, Aldridge, Nowitzki, Griffin, Love, Duncan…et Odom n’est plus là pour le couvrir.

Vents contraires. A lui-seul, Chris Paul amènera les Clippers en playoffs pour peu qu’il perde un peu de poids et qu’il reste sur ses deux genoux. L’avenir appartient à la 2nde escouade de L.A qui s’est bâti un effectif aussi jeune que talentueux. A l’inverse, les Lakers vieillissent, même Kobe, et aucun renfort n’est arrivé. Pire, ils ont perdu gros avec Odom et ont même renforcé un concurrent direct. Pour couronner le tout, c’est Mike Brown qui remplace Phil Jackson. Non vraiment, ça sent meilleur chez les rouges que chez les jaunes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :