Dennis Rodman, tatoué adoubé


dennis rodman

Chris Mullin et son shoot de tueur, Sabonis et ses passes aveugles et Dennis Rodman et…son univers. Entier, à part, fêlé, attachant, irrespectueux, The Worm entre au Hall-of-Fame. Un hommage pour ce joueur exceptionnel.

Sorti de nulle partC’est sans doute le leitmotiv de toute son enfance. Rodman sort de nulle part mais ne voulait surtout pas y rester. Dans sa fac de seconde zone, il se fait suffisamment remarquer pour obtenir un billet pour la NBA. Par la petite porte, puisque les Pistons le sélectionnent en 27e choix, au 2nd tour.
A l’époque encore, Dennis ressemble à de nombreux rookies. Grand mais encore frêle, apprenant le jeu, manquant d’automatismes et de hargne…mais lui, a la chance de tomber dans l’équipe qui va modeler le joueur inimitable qu’il est devenu.

Joue-la comme Bill. Ben quand même, un mentor comme Bill Laimbeer, ça laisse des traces. Grandir chez les Bad Boys, encore plus. Rodman comprend rapidement qu’il n’obtiendra aucun temps de jeu via ses qualités offensives.Au lieu de s’entêter à jouer les polyvalents moyens partout, le futur tatoué opte pour la spécialisation : défenseur-rebondeur.
Lors des deux titres glanés avec Detroit – et les séries ultra-violentes face aux Bulls – c’est lui qui défend le plus souvent sur sa majesté Jordan. Le tout en captant sa dizaine de rebonds par rencontre ! Un animal à part, une bête sauvage est née. Il sera élu meilleur défenseur en 93 et enchaînera 2 saisons de suite à plus de 18 rebonds de moyenne.

Madonna, Carmen Electra…Une époque où déjà beaucoup commencent à douter de la santé mentale du bonhomme. Car Dennis, c’est aussi un mec dont le mariage – avec une mannequin – ne dura que 83 jours, celui qu’on retrouva enfermé dans sa voiture au milieu du parking du stade avec pour seule compagnie un fusil à pompe chargé.
C’est surtout, l’homme qui vécu une longue et épique relation amoureuse avec Madonna. Epoque San Antonio, le top du buzz pour Rodman qui prend goût à la provoc’ et débute ses colorations hebdomadaires. A son tableau de chasse, il accrochera un peu plus tard, la plantureuse Carmen Electra. La presse a aussi parlé d’aventures avec Cindy Crawford et Naomi Campbell. Une rock-star.

Coup de bull. Forcément, le mariage entre la franchise la plus « sage-propre-et-polie » de la Ligue et Dennis « le bariolé » ne pouvait durer. Trop d’entraînements manqués, de sorties médiatiques farfelues, et de piques lancées à David Robinson « le gentil. » Les relations avec le staff deviennent à tel point exécrables, que Rodman arrive aux Bulls contre…Will Perdue. Si, c’est possible ! Pourtant aux Spurs, le tatoué affolait encore les compteurs avec  ses deux saisons à 17 rebonds par match !

L’équipe de l’Histoire. Rodman se retrouve donc dans une ville à sa taille et, surtout, avec un entourage qui sait mettre la pression. MJ himself, lui fait la leçon en début de saison. Jordan veut tout écraser pour son retour et s’assure donc que la folie de son coéquipier n’enrayera en rien son plan.
Bien au contraire, la finesse psychologique de Phil Jackson, la peur du maître et la chance de gagner un titre transcendent Rodman et son nouveau numéro – 91 – qui enchaîne encore 3 saisons au top du classement des rebonds (7 titres consécutifs). Mieux encore, avec 5 pions de moyenne, il est pourtant indispensable à la meilleure équipe de tous les temps. 72 victoires pour 10 défaites, Dennis a participé à cela.

Le meilleur défenseur ? Si les chiffres donnent l’idée du phénomène au niveau du rebond, Rodman reste aussi, et surtout, l’un des meilleurs défenseurs de l’Histoire NBA. A peine 2,03m pour un ailier-fort mais une agressivité et un acharnement qui eurent toujours raison de l’adversité. Shawn Kemp en 96 – il sautait encore ! – ou Karl Malone en 97-98 ne peuvent nier l’impossibilité de respirer quand The Worm était sur le coup. Car Rodman n’était pas qu’un farfadet. Le bariolé avait clairement compris le jeu.

Dans ta tête ! Pour le rebond, il expliquait se taper des heures de vidéos pour analyser les courbes et trajectoires de tous les shooters de la Ligue. Le placement et une bonne dose d’instinct étaient ses principales armes ! Pour la défense, Rodman ne reculait jamais et s’était fait expert du harcèlement moral.
Incapable de la fermer, il collait aussi physiquement son vis-à-vis à chaque seconde de la rencontre, le tenait, l’embêtait même pour le placement aux lancer-francs ! Un virus, un vrai calvaire pour tous les attaquants de la planète. Sûrement le seul joueur de l’Histoire qui inversait le sort d’un match sans prendre le moindre tir.

12 juillet 1998…Cette date rappelle les heures glorieuses du football tricolore et…le match de catch opposant Dennis Rodman à Karl Malone ! Faisant équipe avec Hulk Hogan, « Rodzilla » affronta le Jazz et Diamond Dallas Page lors d’une de ses nombreuses expériences extra-basket.
On l’a vu aussi au casino – entre deux matchs de la finale 97 notamment, s’ennuyait trop à Salt Lake City ! – quand il ne fallait pas, se présenter à une séance d’autographes en robe de mariée (qu’il avait lui-même dessiné !) ou encore…au cinéma. Clairement pas ses plus grandes réussites mais sa « Double Team » avec le tout aussi fêlé JCVD est tout de même restée dans les anthologies des fanas de séries Z.

A sa place ! Il y a eu débat avant d’accepter Rodman parmi les grandes figures de la Ligue. Pourtant, la question n’aurait même pas du se poser. Au niveau du jeu, il s’agissait simplement du meilleur rebondeur de l’Histoire NBA et d’un de ses plus grands défenseurs. Niveau vie, David Stern avait, certes, des maux de tête mais tout le monde l’adorait. The Worm intronisé au Hall-of-Fame par Phil Jackson, on ne peut que s’en réjouir.

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :