Finals NBA : Le Heat au bord de la rupture…


lebron james, miami heat

Entre un Lebron pas dans ses pompes, un Wade à moitié blessé et des Mavs totalement en feu, le match d’hier a envoyé plusieurs signaux bien clairs : Dallas a l’étoffe d’un champion.

Lebron est fautif. Entièrement fautif même ! Oui, il a enfilé son triple-double. Perf historique en finale NBA mais largement insuffisante. Ou quand les chiffres mentent. Car James a été encore très loin de son niveau, hier soir. Incapable de trouver ses marques à l’extérieur, il s’est montré hésitant comme lors du Game 4.
Une impression qu’il n’avait jamais laissée auparavant. Même en début de 3e quart – Wade au repos pour soigner son dos – le king n’a su prendre le leadership du Heat.

Lebron a craqué. Avec un Wade diminué, le numéro 6 a bien tenté de faire la différence dans le money-time. Ce fut à l’image de son match : un ratage complet. Une position – en face – dans un fauteuil à 3 points, manqué.
S’ensuit un gros vent administré par Jet Terry qui décale Kidd pour un primé. Puis ce même Terry se fait plaisir avec un missile longue-distance sur la tronche de Lebron. L’action du match avec un James impuissant. Un symbole.

Les Mavs ne pouvaient pas perdre. Si Miami a un bon paquet de choses à se reprocher sur la rencontre, il n’en reste pas moins des adversaires hallucinants de réussite. Un match à 68% à 3pts (13/19) et 56.5% au total, c’est juste énorme ! En finale, ça devient simplement injouable.
Pourtant, le Heat réalise une belle performance avec 52% à la fin du match. Mais la bande à Dirk ne pouvait perdre hier. L’Allemand se régale, une nouvelle fois, avec 29pts à 9/18.

Miami au plus mal. L’espoir du Heat se retrouve dans la finale de l’an dernier où le futur champion – L.A – s’était, lui aussi, retrouvé mené 2-3 avant de revenir au Staples center. C’est donc possible. Mais pas en l’état actuel. Les Mavs jouent trop bien et Miami trop mal. Surtout sur les moments importants.
Et Wade n’a que deux jours pour récupérer l’essentiel de ses capacités physiques. Et James pour retrouver son âme, son shoot, sa vista, son leadership et son impact. Spoelstra peut allumer quelques cierges avant dimanche.

Lebron encore plus mal. Pour Miami, l’état d’urgence est décrété. Deux matchs pour sauver sa saison, le destin de cette équipe et…l’image de Lebron. Même s’il ne lâche qu’à la dernière seconde du Game 7, le Heat subira les pires critiques. Et ce, de toutes parts. L’ex-Cav va manger sévère, lui qui clamait, cet été, être venu pour gagner. Que pour cela, il avait besoin de soutien fort.
C’est pourtant lui qui failli quand Mario Chalmers, Mike Miller et Udonis Haslem sont très bons. Quand Wade est stratosphérique et Bosh dans le bon tempo. Le seul qui se foire, c’est James. Personne ne s’y attendait mais nombreux sont ceux qui s’en délectent.

Que faire ? Faut-il encore espérer une réponse de Lebron James ? Non. Miami doit faire front en prenant en compte la baisse de régime de son leader. A James de s’adapter et de capter une quinzaine de rebonds et de réussir à défendre ! Voir Marion et Terry passer comme des flâneurs devant le King est simplement inacceptable !
 Aussi, les Floridiens ont trop peu utilisé Chris Bosh, hier soir. Agressif et adroit, il a su mettre en difficulté ses défenseurs mais il n’attire vraiment pas le jeu à lui. Pourtant, Lebron va devoir lâcher la gonfle car il a beaucoup trop de déchets dans son jeu en ce moment.

Place à Wade. Il ne faut plus hésiter, Lebron joue trop. Du moins, en comparaison à son apport. Spoelstra doit se décider à filer définitivement les clés de cette finale à D-Wade. Lui est en mode, agressif et ses drives restent dévastateurs. Moins bien physiquement hier, Flash a délivré quelques caviars exceptionnels. Un impact phénoménal sur son équipe qui lâche dans le money-time quand les balles sont squattées par…Lebron.
Ça fait déjà deux matchs perdus ainsi par le Heat. James est peut-être meilleur, mais Wade, lui, est un winner. Le destin du Heat est entre ses mains et Lebron doit l’accepter et l’aider en lâchant la gonfle. Des ajustements quasi-impossibles à ce moment de la saison. Ca sent mauvais pour Miami…

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :