Playoffs NBA : La vraie finale est à l’Est!



Si l’Ouest s’ingénie à faire dans le surprenant, l’Est verra s’affronter le 1er et son dauphin en finale. Dans la plus pure tradition du basket prôné de ce côté du Mississipi.

Les aigles se crashent. Sans vraiment y croire, le doute restait palpable. Atlanta, une équipe capable de créer la surprise ? Cela aurait voulu dire que Joe Johnson était un vrai All-star, que Josh Smith possédait un mental d’acier, que le collectif était rodé, que les démons des dernières saisons avaient disparu.
Ça n’est pas le cas, Johnson est bien surpayé et les Hawks n’ont aucune chance de gagner le titre avec cette équipe là. 73 points à 36% aux tirs, hier soir, après les 83 unités du dernier match. Le basket a cela de contraignant : il faut marquer des paniers. Atlanta était à sa place au 2nd tour – le Magic n’aurait pas fait mieux – mais ne pouvait espérer poursuivre face à Rose&co.


Défense, défense et…défense. Deux fois seulement, les Bulls ont encaissé plus de 100 points pendant les playoffs. Miami ? Jamais. Pour Tom Thibodeau et Erick Spoelstra, le basket se joue ainsi : en défendant dur et tout le temps. Voilà, Bulls et Heat ne développent pas le jeu offensif le plus léché, c’est même carrément simpliste tactiquement mais ça cravache, ça tape et ça stoppe l’accès au panier. Cette finale de conférence sera donc ultra-défensive, c’est une certitude. Ça s’inscrit aussi pleinement dans la culture du basket pratiqué à l’Est.


Street génération ! Pour la défense, les coachs ne laissent donc aucun choix à leurs joueurs. Luol Deng, Kyle Korver, Joël Anthony ou encore James Jones se sont ainsi découverts de nouvelles capacités, de nouvelles missions rendues obligatoires s’ils souhaitaient apparaître sur le court. Mais offensivement, c’est « And one style » !
A savoir, des un-contre-un à foison ! Balle au meneur – Rose, Wade ou James – un écran au large – Jooks, la Booz’ ou Bosh – une pénétration – avec arabesque obligatoire – un gros poster ou la balle ressort pour un shoot extérieur. Basique. Simpliste même. Le fait est qu’à Miami comme à Chicago (OKC joue un peu de la même façon également), c’est la composition des rosters qui a obligé ce style. Avec de la rigueur et une flopée de soldats dévoués à la cause, ça fonctionne.

derrick rose des chicago bulls


Beaucoup d’histoires. Tellement de symboles dans cette finale de conférence ! Chicago retrouve ce stade de la compétition pour la première fois depuis son dernier titre NBA. Pour la première fois depuis le départ du Dieu de ce jeu. A sa tête, un autre surdoué, MVP lui-aussi, un coach bientôt mythique, une défense de fer, un public fusionnel… Les comparatifs sont légion ! En face, c’est Miami !
L’équipe à abattre depuis le début de la saison. Le roster qu’il convient de détester, de critiquer à la moindre occasion. La franchise qui se la pète, la frime incarnée. L’équipe de James quoi. Sous pression depuis le 27 octobre dernier, haï et hué dans tout le pays, le Heat est pourtant toujours en vie. Mieux encore, Wade&co n’ont jamais paru aussi bons qu’en ce moment. Alors, va-t-on assister à l’avènement des héritiers de MJ ou à l’entrée dans l’ère des Three Amigos ? C’est tout l’enjeu de la série !


Chouchou vs bad boy ! Chicago a brillé, Miami a buzzé. En résumé, la saison a donné cette impression. D’un côté, les chouchous de la Ligue qui pratiquent un jeu excellent mais ne font pas parler d’eux. De l’autre, Lebron James, sa décision télé, les conférences de presse avec des centaines de plumitifs, les déclarations tapageuses lors des mauvaises périodes…un brouhaha incessant que la saison du Heat. A l’inverse, calme, tranquillité ont bercé les Bulls. Aussi, quand Chicago s’est fait acclamé dans quasiment toutes les salles – hormis au TD Garden – de la Ligue, le Heat a eu droit à un accueil bien moins chaleureux. Qui a le mieux vécu ces deux parcours totalement opposés ?

Dwyane Wade des Miami Heat

Duel suprême. Ils ont beau placer D12 entre les deux zouaves dans le classement du MVP, Lebron et Derrick Rose ont de quoi discuter. Who’s the best ? La question sera posée à chaque action, chaque exploit de l’un comme de l’autre. Mais cela va encore bien plus loin que ce simple « match dans le match. » Les deux franchises possèdent des rosters jeunes et se préparent à une rivalité épique lors des dix prochaines années. La première joute donnera forcément un avantage psychologique au vainqueur pour la suite de la décennie. C’est donc importantissime (©George Eddy) !!!

 

La finale ? Il ne faut pas se leurrer, avec la chute des Lakers, le vainqueur de l’Est aura des allures de champion NBA. Le favori des finales se trouve ici, à l’Est. Ça semble écrit. Surtout que et Miami et Chicago possèderont l’avantage du terrain contre n’importe quel adversaire encore en course. Puis, James et Wade ou Derrick Rose ne rateront pas la dernière marche.

Suspense. Il est impossible d’établir un pronostic viable. Chicago a l’avantage du terrain, s’est construit un style solide et possède quelques certitudes. Mais en face, le talent brut paraît incontrôlable. Surtout, Bulls comme Heat ont été largement épargnés par leurs deux premiers tours. Philly et Indiana n’espéraient rien.
Boston n’a pu lutter sans son effectif au complet et les Hawks ne restent que de corrects faire-valoir pour les favoris. Les deux finalistes n’ont pas encore connu de réelles difficultés, n’ont jamais paru dans le dur jusqu’ici. La différence se fera ici. Le vainqueur sera celui qui gère le mieux les moments clutchs bien sûr mais surtout les mauvaises séries  inévitables sur un match. Début de réponse ce dimanche.

Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :