Playoffs NBA : la fin des Lakers ?



Menés 2-0 avec les deux prochains matchs à jouer à Dallas, Los Angeles est au bord du précipice. Le pire dans tout ça étant encore le niveau de jeu indigne du double-champion.

Dallas a grandi. Aller chiper la première manche était déjà une belle avancée en vue de la qualification. Mais il ne s’agissait alors que d’un hold-up un brin inespéré. Hier soir par contre, Dallas a dominé les Lakers de la tête et des épaules. Plus collectifs, plus travailleurs, plus rigoureux, plus adroits, les Texans ont mangé le champion sur tous les tableaux.
Au centre de tout, Dirk (24pts à 9/16, 7rbds) le magnifique bien sûr mais aussi un Jason Kidd (10pts, 6pds) renaissant et un JJ Barea sorti du chapeau pour claquer 12 points et surtout empêcher le retour des Angelinos en 3e quart. Les Mavs impressionnent dans la constance et la qualité de leur jeu.

Panique à L.A. Jamais telle situation n’avait été connue depuis quatre ans dans la Cité des anges. La bande à Kobe a toujours eu de la marge sur la concurrence de l’Ouest. Mais cette saison, Pau Gasol est aux abonnés absents, l’Ibère termine à seulement 13 unités à 5/12 et 5 fautes. Son manque d’agressivité criant et une incapacité à élever son niveau de jeu dans les moments chauds plombent les Lakers. S’il n’est pas le seul responsable, il reste également incapable de gêner Nowitzki et son adresse diabolique. Aussi, le banc – habituelle force des équipes de Jackson – n’offre quasiment aucune solution viable. Odom ne plante que 6 pions pour 12 au total de la part du second unit. Le banc des Mavs en met 30.

Kobe pas au mieux. Seul Andrew Bynum semble évoluer à son véritable niveau. Ça fait peur donc car même Kobe Bryant ne brille pas. Le Mamba met bien 23 points mais à seulement 9/20 aux tirs. Pourtant, le collectif balbutiant de L.A a bien besoin de son Mamba des plus mordants. Ce n’est malheureusement pas le cas et même son aura semble en avoir pris un coup. Jamais auparavant, on avait assisté à une telle résignation de la part des Lakers. L’autorité et l’ambition communicative de Kobe n’entraînent plus tout son groupe.

Naufrage collectif. 2 tirs primés pour 20 tentatives. La construction d’un nouveau building a eu lieu hier soir en plein Staples Center. Ron Artest (1/4) se faisant piquer le poste de maçon en chef par Steve Blake (0/5) tandis que Kobe (1/5) et Fisher (0/2) s’occupaient des finitions. Même aux lancers-francs (11/20), le double-champion s’est amusé à balancer du caillou.
Dans le champ, ce ne fut guère mieux avec un piteux 41% de réussite. Bref, rien n’est rentré pour la bande à Jackson. L’illustration parfaite d’un collectif perdu.


Finish-it. Le coup du serpent, façon Mortal Kombat ! Voilà ce vers quoi doivent tendre les Mavericks. Les Lakers sont dans les cordes mais tant qu’il bat, le cœur du champion peut soulever des montagnes. Aux Texans donc de finir le boulot à la maison. Vu le niveau proposé par les hommes de Rick Carlisle, cela paraît tout à fait possible.
Évidemment, les doutes ne portent en rien sur les performances sportives mais bien sur les capacités mentales des deux adversaires. Les Lakers restent les maîtres des retournements de situation, Kobe ne se laissera pas sortir sans combattre et l’orgueil d’une invaincue à l’Ouest depuis trois saisons parlera. A Dallas d’oublier tout ça et de poursuivre ce qui est fait depuis deux rencontres : du beau basket.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :