Playoffs NBA : Les rendez-vous sont pris


Pour la première fois de son histoire, le Thunder remporte une série de playoffs. Ça n’était plus arrivé au Heat depuis le titre de 2006. Les prémices pour deux jeunes équipes prêtes à prendre le pouvoir ?

OKC est prêt. Même avec un Westbrook dans le trou depuis deux rencontres, le Thunder peut s’en sortir. Et ce, face aux Nuggets. Une belle preuve de leur solidité, d’une assise défensive qui n’avait pourtant jamais été le fort de cette équipe. Mais Ibaka et ses 9 contres font très mal à Denver et  Perkins a offert un traitement de choc au Brésilien Néné. Une raquette plus que solide donc permettant de voir venir, de contrôler le rebond (51-38) pour finalement remporter une rencontre même fermée. Surtout qu’en attaque, Kevin Durant n’a aucun mal à scorer pour deux.

Le Heat, format playoffs. Certes Miami ne proposera jamais le jeu le plus lécher de la NBA. Les un-contre-un resteront nombreux, les cabrioles seront toujours l’apanage de deux hommes et personne ne saura jamais vraiment qui est le meneur de cette équipe. Mais les hommes d’Erick Spoelstra ont montré d’autres valeurs tout aussi capitales durant la post-season.
En premier lieu, une défense de fer. Après 6 minutes de rêve dans le 1er quart (18pts à 88%), les Sixers ont ainsi subi une déflagration nette et sans bavure. Contres, interceptions, contre-attaques. En à peine le temps pour le dire, le Heat était revenu dans la partie. Une qualité hermétique de premier ordre qui restera leur principale arme.
Aussi – et plus surprenant – le banc commence à pointer le bout de son nez. Hier soir, c’est Mario Chalmers qui a rappelé à tout le monde qu’il possédait un bon shoot avec six tirs primés. Joël Anthony a, lui, aidé Bosh en défense sur Brand et James Jones a pu faire souffler James. Plutôt une bonne nouvelle à l’heure d’affronter les C’s, le Heat aura besoin de tout le monde.

Qui que ce soit. Oklahoma possède le luxe d’attendre le nom de son adversaire. Si les Spurs ont prouvé qu’ils pouvaient encore espérer face à Memphis, la bande de Scott Brooks partira favorite contre n’importe laquelle des deux formations. Avec une raquette très dense, San Antonio aura bien du mal à suivre et Zach Randolph trouvera à qui parler face à Serge Ibaka. Durant, lui, reste une énigme à défendre pour tout le monde et Westbrook pourrait – s’il arrête de shooter à foison – bien dominer TP autant que Mike Conley. La route pour la finale de Conf’ – face aux Lakers  – est dégagée.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :